Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #carax (leos) tag

Les Amants du Pont-Neuf

Publié le par Rosalie210

Leos Carax (1991)

Les Amants du Pont-Neuf

J'avais très peu de souvenirs du film de Leos Carax. Tout au plus m'était resté une voix au fort accent étranger dépeignant à Michèle (Juliette Binoche) l'enfer qui attendait les femmes sans-abri, sans doute parce que ça m'avait impressionné à l'époque. Maintenant que je l'ai revu, je considère que c'est l'un de ses plus beaux films. Le plus beau même, à égalité avec "Annette". Parce que comme le dernier film en date de Carax, "Les Amants du Pont-Neuf" est un peu fou (une "folie" qui a d'ailleurs coûté cher au réalisateur, le transformant en "cinéaste maudit" à la suite d'un tournage tumultueux digne de celui du Don Quichotte de Terry Gilliam même si Carax a pu mener son film à terme), généreux, démesuré, opératique même, d'une grande beauté visuelle dans lesquels l'amour se conjugue avec l'absolu. Il est rare de trouver dans l'art d'aujourd'hui plutôt désenchanté ce qui faisait le souffle et la beauté du romantisme du XIX° siècle, romantisme qui s'est prolongé dans le cinéma muet dont Leos Carax est un fervent admirateur. D'ailleurs l'un comme l'autre de ces deux films se sont prolongés bien après leur visionnage par l'écoute d'extraits musicaux. J'avais en effet oublié la chanson des Rita Mitsouko qui clôt le film justement intitulée "Les Amants" que je trouve personnellement superbe et qui s'accompagne d'images faisant penser à "L'Atalante" de Jean Vigo!

Cependant, contrairement à "Annette", le film ne dévoile pas tout de suite sa vraie nature. Il commence comme un documentaire naturaliste sur la vie âpre des SDF. On comprend pourquoi Alex (Denis Lavant) ne pense qu'à une chose: retourner dans sa bulle! Et sa bulle, c'est le Pont-Neuf fermé au public pour travaux mais où il a fait son nid en compagnie d'un autre SDF qui pourrait être son père, Hans (Klaus Michael Grüber). La mise en abyme continue de plus belle après deux premiers films dans lesquels Denis Lavant jouait déjà Alex, le double de Leos Carax (qui dans la réalité s'appelle Alex... Dupont). Elle se poursuivra d'ailleurs jusque dans "Holy Motors" dans lequel par un effet miroir, ce n'est plus la Samaritaine que l'on aperçoit depuis le Pont-Neuf mais le Pont-Neuf que l'on aperçoit depuis le toit de la Samaritaine.

La bulle de Alex n'a plus rien à voir avec la réalité crue des bus de nuits et autres hébergements d'urgence dans lesquels s'entassent les corps suppliciés par la misère la plus sordide. Le Pont-Neuf en dépit de son état de chantier et de la crasse propre à la vie de sans-abri reste un décor somptueux, digne d'un conte de fées (et ce d'autant plus qu'il a été reconstitué... en Camargue). Et c'est bien la recherche de la beauté lui permettant de transcender son statut de paria que recherche Alex (et à travers lui, Leos Carax) dans son huis-clos à ciel ouvert. L'arrivée de Michèle sur le pont en est la principale manifestation. Ce n'est pas seulement à cause de sa beauté délicate ou la promesse amoureuse qu'elle représente mais aussi parce qu'elle est une artiste-peintre talentueuse elle-même amoureuse de la beauté. La rencontre de ces deux éléments contraires, l'eau et le feu fait des étincelles (sublime scène du bicentenaire et non moins féérique scène de noël) jusqu'à embraser la pellicule. Seulement la vue de Michèle est si malade qu'elle ne supporte pas la lumière vive que dégage Alex lorsqu'il crache du feu (sa flamme pour elle) et ne peut portraiturer son corps burlesque rompu aux acrobaties alors même que celui-ci tente d'empêcher qu'elle puisse la retrouver, de peur qu'elle ne le quitte. Une valse-hésitation en forme d'impasse existentielle qui ne peut trouver de ligne de fuite que dans la perte, la renaissance et le recommencement.

Voir les commentaires

Mauvais sang

Publié le par Rosalie210

Leos Carax (1986)

Mauvais sang

Poème cinématographique non identifié, "Mauvais sang" est le film le plus culte de Leos CARAX. Les références s'y côtoient pêle-mêle (Arthur Rimbaud, les films noirs américains, "Scarface" (1931) en tête, la nouvelle vague française, Jean-Luc GODARD et Jean-Pierre MELVILLE avec un Serge REGGIANI qui plane physiquement et vocalement sur le film d'ailleurs il travaille dans un aérodrome ^^, Jean COCTEAU, Louise BROOKS, Charles CHAPLIN, Louis-Ferdinand Céline, Ingmar BERGMAN dans son volet expérimental etc.) pour composer une symphonie eighties d'un romantisme aussi sombre que flamboyant. Le mauvais sang évoque le sida, plaie de la décennie qui est évoqué de façon métaphorique pour frapper de plein fouet une jeunesse éprise d'une liberté hors de sa portée. On ne compte plus les courses vers quelque impossible ailleurs, celle de Denis LAVANT sur "Modern Love" de David BOWIE étant passé à la postérité (et ce passage porte aussi la marque de son époque, celle du vidéo-clip qui faisait alors concurrence au cinéma avant que cette opposition ne soit dépassée comme le montre la présence de Mylène FARMER au jury de Cannes en 2021). Course à pied mais aussi en voiture et à moto (ce qui préfigure "Annette" (2021) et son amour dangereux). Mais la mort est au bout du chemin, le piège se referme comme de nombreux plans le suggèrent (la toile d'araignée du parachute, les rayons laser protégeant l'antidote au virus) et c'est un autre texte et un autre clip qui s'impose à moi, postérieur de cinq ans à "Mauvais sang" mais qui préfigure aussi "Holy Motors" (2012), celui de "Osez Joséphine" Alain BASHUNG et son parolier-poète, Jean Fauque. Car si la mort est au bout du chemin, la flamme de la jeunesse et sa quête d'absolu s'incarne à travers l'amour fou mais impossible de Alex le prestidigitateur ventriloque pour Anna (Juliette BINOCHE à l'aube de sa carrière) sous la coupe d'un truand qui pourrait être son père mais qui est aussi un avatar du père d'Alex (joué par Michel PICCOLI) tandis qu'une autre jeune fille s'épuise à courir après Alex (Julie DELPY). Respectivement âgés en 1986 de 25, 22 et 17 ans, Denis LAVANT, Juliette BINOCHE et Julie DELPY font hennir les chevaux du plaisir sans pour autant s'opposer à la nuit.

Voir les commentaires

Boy Meets Girl

Publié le par Rosalie210

Leos Carax (1984)

Boy Meets Girl

Naissance d'un auteur de 24 ans: Leos CARAX avec ce premier film traversé de fulgurances poétiques et de trous d'air comme le seront les suivants, la jeunesse en prime, sous le signe de la lune plutôt que du lion* bien "que l'on soit de la balance ou du lion, on s'en balance, on est des lions" pour reprendre la citation que l'on entend dans le film extraite de la chanson "Vingt ans" de Léo FERRÉ. Errance nocturne décalée dans Paris d'un jeune homme qui ressemble à Leos CARAX comme un frère (normal, il s'appelle Denis LAVANT et a presque le même âge, 23 ans). Il faut dire qu'il a une conception toute personnelle de "la carte du tendre", dissimulant sous un cadre un tracé de la ville de Paris où sont localisés les faits saillants de sa vie en forme de parcours spatio-temporel depuis sa naissance: la bohème, l'art, l'amour et la mort y occupent une place privilégiée de même que la Seine et le Pont-Neuf. Mais il ne se passe pas grand-chose dans ce film quelque peu irréel où l'intérêt est ailleurs: dans la manière de jouer sur le sens des mots et des expressions. "Payer un café" est par exemple interprété au sens littéral comme le font les personnes atteintes de troubles du spectre autistique. "Peureux" y résonne comme "heureux". On y "caresse l'idée de caresser" et on préfère "revivre ses rêves" que les réaliser. On s'y espionne "comme un étranger, comme un corps étranger" tant il est vrai que l'ancrage parisien dissimule le fait de ne pas se sentir de ce monde "Essaye encore, terrien!" est le mantra qui scande la fin du film, braqué vers la lune et les étoiles, figurées au travers du clignotement d'un jeu de flipper ou bien dans l'émission pour enfants "Bonne nuit les petits" projetée à un parterre de bébés (et oui, l'association enfance et rêve spatial est présente dès ce film et on voit bien la filiation avec "Annette" (2021) de même qu'avec David BOWIE l'extra-terrestre au coeur d'une des séquences les plus mémorables de "Mauvais sang") (1986).

* "Le Signe du Lion" (1959), premier long-métrage de Éric ROHMER décrit l'errance dans un Paris brûlant et déserté en plein mois d'août d'un musicien américain privé de ressources. Même si les critiques considèrent que "Boy meets girl" est placé sous le signe de Jean-Luc GODARD, je le trouve personnellement très rohmérien parce que Rohmer est un cinéaste de l'errance (dommage que comme tant d'autres cinéastes, on lui ait collé une étiquette qui dissimule la richesse de ses films).

Voir les commentaires

Holy Motors

Publié le par Rosalie210

Leos Carax (2012)

Holy Motors

Votre mission, si vous l'acceptez consiste à interpréter "pour la beauté du geste" une dizaine de personnages au cours d'une même journée qui sera aussi "a journey" à l'allure d'un rêve éveillé. Vous la commencerez en effet à bord d'une luxueuse villa à l'architecture de paquebot en partance pour une destination inconnue (suggérée par une sirène qui a elle seule sonne comme une promesse d'évasion vers quelque forêt touffue, laquelle s'avère ouvrir sur une salle de spectacle). Vous la poursuivrez à bord d'une limousine qui vous servira de loge et de véhicule entre deux "rendez-vous" (entendez par là, entre deux rôles), limousine conduite par Céline alias Edith SCOB, l'inoubliable Christiane éthérée et mystérieuse de "Les Yeux sans visage" (1960) de Georges FRANJU, pionnier du cinéma fantastique français auquel "Holy Motors" rend un hommage appuyé. Vous défendrez un art plus que centenaire dont vous rappellerez les origines et qui est selon vous menacé de disparition par les nouvelles technologies (envers lesquelles vous êtes néanmoins ambivalent puisque vous acceptez par exemple d'effectuer une magnifique prestation de motion capture) et les nouveaux goûts du public qui en découlent (vous ne semblez guère aimer la peopolisation à qui vous réservez un sort aussi trash que l'exercice en lui-même au travers de votre monstrueux rat d'égout, "M. Merde". Même ce qui semble le plus sacré devient en effet un étendard publicitaire comme ces tombes sur lesquelles sont gravées des "visitez mon site.com"). Votre peur de la désintégration artistique et spirituelle finira par vous faire échouer dans un immense temple de la consommation laissé à l'abandon, lui aussi en raison de la virtualisation croissante des lieux publics dédiés à la culture et à la consommation que vous transformerez en gigantesque décor de cinéma avec hauteur de vue sur l'un de vos anciens films les plus célèbres. En vertu de cette déshérence, vous terminerez votre périple dans ce qui s'apparente à une "régression darwinienne", un lotissement pavillonnaire crachant le conformisme à plein nez où l'homme est redescendu au stade de la bête.

Voilà comment on peut résumer ce film inclassable, audacieux, provocateur et outrancier (du Leos CARAX quoi!) qui dépasse son statut de méta-film et de film à sketches pour défendre avec ardeur un feu sacré en train de s'éteindre et pour lequel Leos CARAX qui n'avait plus tourné depuis des années a accepté de sortir de son tombeau (une figure récurrente du film). Qu'on aime ou qu'on aime pas ce réalisateur, force est de constater que sa singularité, sa radicalité et sa sincérité ne laisse personne indifférent. Si tout ne m'a pas convaincu dans le film (j'ai trouvé les prestations de Denis LAVANT même s'il accomplit un tour de force inégales en intérêt, beauté ou intensité: les morceaux de bravoure de M. Merde, de la motion capture ou de la Samaritaine sont entrecoupées de séquences plus faibles comme celles de la mendiante, du mourant ou du tueur), il y a suffisamment de poésie et de personnalité dedans pour intriguer et marquer durablement l'esprit.

Voir les commentaires

Annette

Publié le par Rosalie210

Leos Carax (2021)

Annette

Spectacle total, plein les yeux et plein les oreilles! On n'aime ou on n'aime pas Leos CARAX mais, déjà intriguée à défaut d'être 100% convaincue par les précédents films de lui que j'ai vu ("Les Amants du Pont-Neuf" (1991) qu'il me faut revoir car je n'en ai plus que des souvenirs flous et "Holy Motors" (2012) que j'avais trouvé inégal), j'ai été séduite par son dernier film tout en contrastes, aussi sombre que flamboyant, aussi osé que virtuose, aussi poignant que grinçant, aussi lyrique que cynique, aussi vulgaire que sublime que j'ai décidé de voir rien qu'en regardant l'affiche: les couleurs (bleu et jaune), la tempête, le trou noir, la petite fille lunaire, la valse sur le pont et Adam Driver, acteur génial dont Carax parvient à extraire ici la substantifique moëlle, sans doute parce qu'il trouve en lui la même "inquiétante étrangeté" que chez Denis LAVANT, étrangeté qui doit faire écho à celle qu'il a en lui-même.

Rien que sur la forme, "Annette" mérite d'être vu: c'est à la fois une comédie musicale dont les airs composés par le groupe Sparks (auteurs également de l'histoire) restent dans la tête ("May we start?", "We love each other so much", l'aria "The Forest"...) et un conte à l'intérieur desquels Leos CARAX se permet toutes les libertés, toutes les fantaisies. En même temps, c'est la terrible histoire de Henry (Adam DRIVER) humoriste de stand up rongé par la frustration et la colère qui de son propre aveu est attiré par les abysses et en y plongeant, va tout perdre: son talent, son public, sa liberté, sa fortune, sa femme et sa fille. Si les allusions à "Metoo" mais aussi à l'exploitation des enfants-stars par leurs parents sont assumées lors de "parenthèses" adoptant avec beaucoup d'ironie le style journalistique people ou déconstruisant des films comme "Titanic" (1997) (la scène de valse sur le pont du bateau), la profondeur du personnage de Henry et la grâce évanescente de la cantatrice Ann Desfranoux (Marion COTILLARD) donnent un caractère franchement opératique au film. Un opéra tragique. Et parallèlement à cette histoire d'adultes, c'est aussi un conte vu à hauteur de la petite fille du couple qu'est Annette. Dans sa vision, son père ("la bête") est un gorille (allusion à son surnom d'humoriste, le "gorille de dieu") atteint de la malédiction* de Ashitaka dans "Princesse Mononoké" (1997), son mal intérieur prenant la forme d'une tache lie-de-vin qui se répand sur son visage, sa mère ("la belle") est une Blanche-Neige qui a croqué la pomme empoisonnée et elle-même, mi-Pinocchio, mi-Harry Potter est un pantin de bois doté d'une cicatrice sur le front. Une marionnette réduite à l'impuissance et privée de parole mais dotée d'un chant sublime qui ne s'exprime qu'à la pleine lune avant de s'éteindre définitivement en même temps que son âme.

* L'influence de l'expressionnisme allemand sur Leos CARAX se fait sentir sur le personnage de Henry au moins à deux reprises: dans un plan (visible dans la bande-annonce) où il tend les mains vers Ann à la manière de "Nosferatu le vampire" (1922) et dans la dernière scène qui me fait de plus en plus penser à celle de "M le Maudit" (1931) (scène bouleversante dans laquelle une petite fille libérée de sa servitude solde les comptes avec son paternel toxique en quête de rédemption).

Voir les commentaires