Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sportif par amour/Campus (College)

Publié le par Rosalie210

James W. Horne, Buster Keaton (1927)

Sportif par amour/Campus (College)

Même cornaqué de tous les côtés (budget, réalisation, sujet) par un studio et un producteur soucieux de rentabiliser ses futurs films après l'échec commercial du "Mécano de la Général", Buster KEATON parvient à imprimer sa personnalité à cette pâle copie de "Vive le sport !" (1925)" avec Harold LLOYD sorti deux ans auparavant et qui avait été extrêmement bankable.

"Collège" distille un grand malaise dès ses premières images. On y voit exposé un système dans lequel Buster KEATON ne trouve jamais sa place. La métaphore du costume mouillé devenu trop étroit est éloquente du mal-être du personnage (et de l'acteur) dans un système qui n'a pas été conçu par et pour sa personnalité artistique mais pour faire de l'argent. Si bien que par la suite Buster KEATON dynamite les scénettes dans lesquelles il est impliqué. Il y a une profonde ironie dans le fait qu'en dépit de l'application à la lettre des vieilles recettes américaines ("tu peux y arriver si tu essayes plus fort") il échoue dans tout ce qu'il entreprend. Non le sport en soi (Buster KEATON était un athlète accompli et nous fait une grande démonstration de ses talents à la fin du film quand il est enfin libre de ses mouvements) mais de ce qu'il y a de contraint dans le cadre universitaire: la normativité, les codes sociaux, la soumission à la collectivité. Il échoue dès qu'il doit faire corps avec un groupe et en appliquer les règles, assimiler les gestes techniques d'une discipline bref abdiquer sa singularité. Pas seulement dans le sport d'ailleurs mais aussi dans le monde du travail (excellente scène du bar à cocktails) et enfin dans l'institution du mariage dont Buster KEATON a une vision très noire, les dernières images du film en témoignent.

Commenter cet article