Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Charlot fait une cure (The Cure)

Publié le par Rosalie210

Charles Chaplin (1917)

Charlot fait une cure (The Cure)

Dixième des douze courts-métrages réalisés pour la Mutual, Charlot fait une cure est du burlesque pur sans élément dramatique. C'est aussi un des courts-métrages de Chaplin parmi les plus connus et les plus populaires. On retrouve des éléments vus dans les films précédents. Comme dans Charlot patine Eric Campbell fait des avances empressées à Edna Purviance qui cherche à l'éviter en prenant Charlot comme bouclier. Comme dans Charlot rentre tard, Chaplin joue le rôle d'un mondain alcoolisé qui sème la zizanie dans le lieu où il se rend. Au départ, Chaplin devait incarner un employé du centre de cure alors qu’un alcoolique arrivait éméché. Il y avait notamment toute une scène où il réglait la circulation des fauteuils roulants à la manière d’un agent de police à un carrefour, gag qui ne fut pas gardé lorsque Chaplin décida d’inverser les rôles et de jouer le client alcoolique. Chaplin construisait ainsi ses films, petit à petit, par essais successifs jusqu’à ce qu’il soit satisfait du résultat (la construction de l'Emigrant obéit au même schéma). On notera le double sens du mot cure (cure thermale et cure de désintoxication). Guillaume Gallienne s'est inspiré (consciemment ou non) de ce film dans Les garçons et Guillaume à table (2013) pour la séquence où son personnage qui est lui aussi en cure se fait torturer par un masseur sadique. A cette différence près que Charlot ne se laisse pas faire et rend au masseur la monnaie de sa pièce. On est frappé d'ailleurs dans ce film comme dans d'autres par l'aspect chorégraphique des séquences burlesques réglées comme des ballets.

Commenter cet article